mercredi 27 juin 2012

KEA

EXqUIse PetITe Île DEs CycLAdes...
Désir de soleil, de bord de mer, de chaleur encore, de longs chemins et promenades dans cette nature si  préservée, désir de petit village blanc. C'est  une vraie  expédition que de se rendre sur ces terres lointaines...Après avoir attéri à Athènes, nous nous sommes rendus à Lavrio, le petit port où un bateau devait nous embarquer sur l'Ile mysérieuse. 
Mais le Dieu EOLE  soufflait fort ce matin là, aussi  la capitainerie n'a donné son accord pour embarquer qu'en fin de journée . Et enfin, notre  voyage s'est poursuivi sur les terres d'Ulysse...
Arrivée dans cette île enchanteresse, installation dans notre maison blanche perchée en haut du village, quel plaisir, confort, beauté et enfin ce soleil qui ne nous a jamais quittés un seul instant exepté pour se cacher derrière la colline, le soir. Là juste devant au -dessus de la mer, il se couchait le soleil.



Après les efforts aquatiques, l'heure de la sieste pour les grands et les petits, tant méritée. Dernière photo de notre doudou Lion qui est resté sur place, un oubli intentionnel ou pas?.Alors un présage pour nous faire revenir certainement...
Et ce soleil couchant chaque jour nous a caressés de sa chaleur et illuminés de sa beauté.
Nous avons réussi à rencontrer ce fameux héros grec dont  Homère nous a tant parlé dans son Odyssée.  
Ce Roi d'Ithaque...nous aussi l'avons appelé ULysse!
Dernières lumières rose et or, le lendemain nous prenions le chemin 3 pour une balade de quelques heures, à travers les collines, remplies d'oliviers, de lauriers fleurs, de murets en pierre, de petites églises et de lézards verts s’enfuyant à toute vitesse sur notre passage.
Le village de Ioulida est un des plus beaux villages des Cyclades, en revanche il faut s'armer d'une sacrée bonne paire de tennis ou d'un âne pour monter et descendre tous ces petits escaliers qui mènent à la place du village, à la place de l'église, et vous ramènent charger comme un mulet. Mais quand même quel bonheur de se prélasser, sans rien attendre et vivre au rythme des cigales et du grand soleil. Là-bas, c'est aussi parler grec, KaliméRa, KaLISPéra, AvRiO, Daxi, né, yA SoU, oChi,  profiter enfin de son temps libre, préparer des apéros avec le vin blanc du pays légèrement résineux et frais si frais que l'on en veut encore toujours encore. C'est si bon lorsque le soleil nous caresse de sa chaleur et de sa lumière,  merveilleux instants  à KEA...
 Merci à toi Eole de nous avoir permis de faire la traversée jusqu'à Kea, cela en valait tellement la peine. Nous y retournerons pour récupérer le doudou Lion de Virgile, rien que pour lui, et PoUrR TOUt çA...